Accueil Artistes Nguyên Lê "Jimi's back"
Nguyên Lê

Nguyên Lê "Jimi's back"

Nguyên Lê

Origine : france / vietnam

Reprendre Hendrix quand on est soi-même guitariste est une gageure de taille. Si Nguyên Lê relève le défi (et il le fait admirablement) c'est qu'il a longuement mûri ce projet dont on peut parier qu'il séduira autant les fans d'Hendrix que les siens propres. Qu'on sente l'influence d'Hendrix chez Lê est loin d'être un scoop. Ce qui intéresse ici, c'est la façon dont il assume l'héritage, s'en démarque et l'actualise. C'est au niveau de l'énergie et de l'esprit que le guitariste réussit à "habiter" une musique aussi référencée, justement parce qu'elle l'habite depuis des lustres et qu'il l'a digérée et peut la faire sienne.
Thierry Quénum


Biographie

“ Pour moi, chacune des notes de Hendrix est en feu, comme s’il jouait pour la dernière fois. C’est exactement cette émotion directe et urgente qui m’a saisi dès le début.”

Jimi Hendrix était un dieu. Hendrix, avec sa présence irrésistible, exorcisa l’innnocence de la jeunesse. Quand il mit feu à sa guitare au festival de Monterey 1967, les hippies amoureux de la paix célèbrerent le visage de la révolution. Deux ans plus tard, à Woodstock, il prit l’hymne national américain, Star Spangled Banner, et le déchira en lambeaux sonores.

Hendrix est une icone de la Pop Culture. Il est aussi considéré comme l’un des musiciens les plus créatifs à la frontière du rock et du Jazz. Sa technique irrévérencieuse et sa joie de l’expérimentation nous fascine encore. Hendrix est un modèle de non-conformisme pour la créativité, et pour cette raison il est un des aîeux artistiques du guitariste Nguyên Lê.

“C’est une vieille histoire. J’avais déjà, en France, en 1993, un groupe avec lequel je jouais la musique de Hendrix. Le concept était d’aborder cette musique un peu comme des standards, en donnant à ces mélodies, que j’adore, ma propre voix. Il y avait la chanteuse Corin Curschellas, le batteur Steve Argüelles et le bassiste Richard Bona, qui vivait encore en France à cette époque. Nous avons tourné pendant 3 ans, pour le fun, sans l’idée d’enregistrer.” Lê aimait le Rock et ses plaisirs. Cependant, sa carrière comme musicien de Jazz commença dans d’autres directions. Fils d’immigrants vietnamiens, Lê est né à Paris en 1959. Il s’est d’abord tourné vers les Arts Plastiques et la Philosophie. Guitariste autodidacte, il a rejoint l’Orchestre National de Jazz en 1987 puis l’a quitté avec de nombreuses idées pour de nouveaux groupes. Lê s’est tourné vers ses propres racines (Tales From Viêt-nam, ACT 9225-2), vers la planète World de Paris (Maghreb et Friends, ACT 9261-2), et a expérimenté différents trios (Three Trios, ACT 9245-2; Million Waves, ACT 9221-2; Bakida, ACT 9275-2). Finalement, presque dix ans après, l’idée de Hendrix s’est imposée à nouveau.

“J’ai voulu aborder la musique à partir de nouvelles perspectives, comme celles du Jazz, mais aussi celles des vocalistes féminines ou celles de versions ethniques des chansons. Les arrangements doivent toujours être enracinés dans la version originale par un ou plusieurs points, mais ils doivent aussi avoir leur sens en soi. C’est ainsi que „Voodoo Child“ se développa, avec son appel à la transe et la magie. J’ai connu la musique Gnawa du Maghreb à travers Karim Ziad. Cette musique est fondée sur des éléments répétitifs rituels et des éléments d’extase très similaires au Vaudou. C’est une musique qui vous projette dans une autre dimension, vous transforme en un autre être”. Dans ce CD Lê a cherché des compositions auxquelles il pouvait se rattacher personnellement, et qui pouvaient s’approcher sous de nouveaux angles. Lê définit sa position musicale immédiatement au début du CD avec “1983”, avec un mix de free, de bruits et d’une très simple mélodie. „Manic Depression“ est l’un des rares morceaux de Hendrix en 3/4. Lê le transforme en un groove Africain avec une mesure en 12/8, une forme étrange et un texte traduit en langue Bambara du Mali. „Up From The Skies“ pourrait sonner “californien” au premier abord. C’est cependant l’une des compositions de Hendrix les plus jazz, et Lê l’a complètement réharmonisée dans son arrangement. „Purple Haze“ joue sur l’idiome Funk, fonctionne comme un morceau de Dance, mais avec un temps en moins : il reste dérangeant par sa mesure à 15/8.

“Souvent mes projets musicaux sont comme des travaux ethnologiques. Ainsi pour “Tales from Viêt-Nam” il m’ était important de collaborer “live” avec des artistes contemporains de cette culture comme la chanteuse Huong Thanh. Pour ce qui est de Hendrix, il s’agissait de travailler sur une partie de la culture Afro-Américaine.
Terri Lyne en était le rouage le plus important au sens où elle est un symbole de ce monde. Elle possède la culture jazz nécessaire, ainsi qu’une relation intime avec le monde de Hendrix. Non seulement elle joue de manière fantastique, mais elle chante avec toute sa dimension de femme, et ceçi était une nouvelle donne essentielle.” A coté de Terri Lyne Carrington à la batterie, le bassiste Michel Alibo forme le noyau du trio, qui enregistra toutes les bases. Tout le reste fut rajouté après, selon la couleur désirée par l’arrangement. Il y a Corin Curschellas, la voix blanche avec son style théatral charactéristique, et Aida Khann, sa contrepartie africaine, dont le spectre stylistique va de la Soul au Mali. Le pianiste Bojan Zulfikarpasic apporte l’Europe de l’Est, le percussioniste Karim Ziad les éléments d’Afrique du Nord. Et finalement Me’Shell Ndege Ocello apparait comme invité spécial de New York pour ajouter sa sonorité Funky-Soul à la structure générale du son. C’est ainsi que Nguyên Lê construit son hommage à Hendrix comme un puzzle culturel aux multiples facettes, de telle manière qu’à la fois le sens original des compositions et les images sonores d’aujourd’hui prennent toute leur signification. Purple est un salut au génie, sans ostentation.

Audio

Video

Dim lights

 

Projets

duo Nguyên Lê - Ngo Hong Quang - Nouvel album 'Ha Noi !' à l'automne 2016
Nguyên Lê - guitar, electronics / Ngo Hong Quang - instruments traditionnels, vocal

Streams quartet
Nguyên Lê - guitar / John Hadfield - drums / Chris Jennings - ac.bas / Illya Amar - vibes

The Dark Side Nine
Nguyên Lê, guitare - Himiko Paganotti, chant - Sylvain Gontard, trompette - Stéphane Guillaume, flute, saxophone ténor & soprano - Céline Bonacina, saxophone alto & baryton - Georgi Kornazov ou Daniel Zimmerman, trombone - Illya Amar, vibraphone & électronique - Romain Labaye, basse électrique - Gergo Borlai, batterie

Songs of Freedom 
Nguyen Le/guitare - Himiko Paganotti / vocal, Romain Labaye / bass, Illya Amar / vibraphone, marimba, Stéphane Galland ou Gergo Borlai / drums

Jimi's back
Nguyen Le / guitar - Himiko Paganotti / vocal, Romain Labaye / bass, Gergo Borlai / drums

Saiyuki trio 
Nguyen Le / guitare - Mieko Miyazaki / koto - Prabhu Edouard / tablas

A page of Madness : future music -­ ancient movie

Nguyên Lê, el. guitar, electronics & laptop 
Mieko Miyazaki, koto & vocals
Nils Petter Molvaer, trumpet & electronics 
Jan Bang, live sampling
Manuel Solans, violin 1
Louise Salmona, violin 2
Emmanuel François, viola
Marie Ythier, cello
Chris Jennings, double bass

CréditsAgence Oui