Accueil Artistes Paolo Fresu – Ralph Towner duo
Paolo Fresu – Ralph Towner duo

Paolo Fresu – Ralph Towner duo

Paolo Fresu – Ralph Towner duo

Origine : Italie / USA
Territoire : France
Line-up : Paolo Fresu (trompette) – Ralph Towner (guitare)
Divers : album "Chiaroscuro" ECM 2009

Ralph Towner et Paolo Fresu, petit miracle d’équilibre et d’harmonie, […] d’un côté le guitariste Ralph Towner, unanimement considéré comme l’un des plus grands virtuoses de sa génération. […] En face de lui, Paolo Fresu, trompettiste à l’oeuvre déjà immense. […] Chiaroscuro déroule un jazz fluide et aéré. Une musique à la fois extrêmement sophistiquée et terriblement évidente, révélant avec éclat une authentique complicité. Philippe Blanchet, RollingStone


Biographie

« Chiaroscuro » marque l’acte de naissance d’un nouveau duo à l’instrumentation aussi rare que raffinée : trompette et guitare acoustique. Le répertoire se compose d’une sélection de pièces anciennes et de nouvelles compositions de Ralph Towner, d‘improvisations en duo et d’une reprise d’un vieux classique de Miles Davis dont la présence ici donne la tonalité des orientations musicales de l’ensemble du disque.

L’album a été enregistré à l’automne dernier à Udine, mais la complicité entre Ralph Towner et Paolo Fresu est née bien plus au Sud, il y a quinze ans de cela lors d’un festival organisé en Sardaigne. Towner avait été sollicité pour composer de la musique pour un groupe local dont Fresu était le trompettiste. « Je ne le connaissais pas du tout à l’époque » se souvient Ralph, « Mais il a suffi qu’une phrase sorte de sa trompette pour que je me dise : « Ce type sait vraiment ce que c’est qu’une mélodie ! » Et dés cet instant je me suis promis que l’on retravaillerait un jour ensemble. »

La composition jouée ce soir-là, « Punta Giara », figure sur ce disque dans un nouvel arrangement, aux côtés de morceaux composés spécialement pour l’occasion. On y trouve notamment le titre qui donne son nom à l’album, sorte d’étude fondée sur de forts contrastes, mais aussi l’atmosphérique « Sacred Place », joué à deux reprises et « Doubled Up » mettant particulièrement en valeur le son de la toute nouvelle guitare baryton de Towner. Accordé d’une quinte en dessous de la tonalité de sa guitare classique de concert, cet instrument apporte incontestablement au guitariste une nouvelle souplesse dans le registre des graves avec notamment la possibilité de devenir affectivement son propre bassiste sur le très astucieux « Doubled Up », le morceau le plus ouvertement jazz parmi les nouvelles compositions. « Doubled Up » a plusieurs significations bien sûr — parmi quoi « se plier en deux » de rire… Ici le morceau est en quelque sorte séquencé de manière à ce que tout soit joué deux fois, chaque thème étant « doublé » par les deux musiciens.

On trouve également sur ce disque deux morceaux puisés dans le fond de catalogue des titres enregistrés par Ralph pour ECM : « Wistful Thinking » (paru à l’origine en solo sur « Open Letter » en 1992) et « Zephyr » (enregistré une première fois par le groupe Oregon sur le disque de 1987 « Ecotopia »).

Et puis il y a  cette subtile version de « Blue In Green » que Towner explique simplement : « J’ai toujours désiré jouer ce morceau en compagnie d’un trompettiste ». Avec sa sonorité claire et sans vibrato Paolo Fresu laisse percer ici sans faux semblant tout ce que son style doit à Miles.  Fresu n’a d’ailleurs jamais cherché à dissimuler son influence séminale (il suffit de considérer son audacieux travail de « reconstitution » de « Porgy and Bess » paru en 2001 pour s’en convaincre). Quant à Towner, comme de nombreux autres musiciens, il considère l’album « Kind Of Blue » comme un disque pivot de l’histoire du jazz : « Tout est extraordinaire dans ce disque mais tout spécialement l’interaction entre Miles et le grand Bill Evans — mes deux musiciens préférés, toutes époques confondues, dans la sphère de l’improvisation. »

L’album se conclut avec « Two Miniatures » et « Postlude » — deux improvisations mettant particulièrement en valeur la guitare 12-cordes, déjà omniprésente sur les albums solos de Ralph « Anthem » et « Time Line ». « J’adore jouer « free » comme ça — même si « free » est ici sans doute une appellation bien impropre. Il y  a au fondement de ces morceaux les mêmes processus compositionnels que dans tout le reste — simplement on ne se donne droit qu’à une prise. »

Né à Washington en 1940, Ralph Towner a d’abord joué très tôt de la trompette et du cor anglais avant de débuter une carrière de musicien de jazz professionnel à la fois au piano et à la guitare. Au tournant des années 70 on le retrouve aux côtés de musiciens aussi différents  que Freddie Hubbard, Tim Hardin, Stan Getz ou Airto Moreira. A la même époque il co-fonde le groupe Oregon, toujours vivace plus de trente ans après sa création. En 1971 son apparition sur le disque de Weather Report « I Sing The Body Electric » lui permet d’attirer l’attention de la critique internationale. Il commence d’enregistrer pour ECM en 1972. Vont se succéder disques en solo, projets en duo (avec John Abercrombie, Gary Peacock, Gary Burton) et  plusieurs albums mettant en scène diverses formules orchestrales (parmi lesquelles le mythique groupe Solstice avec Jan Garbarek, Eberhard Weber et Jon Christensen) ainsi que le groupe coopératif Oregon. Il a également participé à des albums de Keith Jarrett, Jan Garbarek, Kenny Wheeler ou encore Egberto Gismonti, et figure en tant qu’invité sur le disque « Départ » du groupe Azimuth.

Depuis qu’il est sorti diplômé du conservatoire de Cagliari en 1984, Paolo Fresu (né en 1961) a joué sur plus de 300 albums. Ses albums en leader ont obtenu de nombreuses récompenses internationales — comme par exemple en France le « Django d’or » de meilleur musicien européen en 1996. Il a collaboré avec un grand nombre de musiciens italiens et internationaux parmi lesquels Enrico Rava, Antonello Salis, Enrico Pieranunzi, Giorgio Gaslini, Gianluigi Trovesi, ,John Taylor, Kenny Wheeler, Palle Danielsson, Jon Christensen, Gerry Mulligan, David Liebman, Dave Holland, Richard Beirach, John Zorn, John Abercrombie, Helen Merril, Richard Galliano, Michel Portal, Trilok Gurtu, Jeanne Lee, Gunther Schüller, Paul McCandless, Jim Hall, Lew Soloff, Uri Caine, Gil Evans, Toots Thielemans... Il est par ailleurs régulièrement invité comme soliste par de grandes formations comme le Grande Orchestra Italiana, l’ONJ, le NDR Big Band et l’Instabile Orchestra.

Avec « The Lost Chords Finds Paolo Fresu », paru en 2007 sur le label WATT associé à ECM, Carla Bley a été jusqu’à composer un album entier pour magnifier la sonorité de la trompette de Fresu. « Chiaroscuro » est le premier disque du trompettiste pour ECM sous son propre nom.

Video

Dim lights

 

 

 

CréditsAgence Oui