Accueil Artistes Ray Lema piano solo
Ray Lema piano solo

Ray Lema piano solo

Ray Lema piano solo

Origine : Congo RDC
Disponibilité : disponible toute la saison
Line-up : Ray Lema (piano,vocal)
Divers : album Mizila

Pour la deuxième fois, l'ancien séminariste congolais devenu une figure clé de l’afro-world parisienne s'adonne au piano solo. Avec une couleur jazz encore plus prononcée. La syncope et le swing sont toujours au rendez-vous. Une lumineuse et aérienne sérénité aussi.
Ici dominent les échos de musiques caribéennes ou afro-lusophones, pour un flirt assez poussé avec le style de grands pianistes de jazz comme Mac Coy Tyner, Mal Waldron ou encore le Sud-Africain Dollar Brand. Les ambiances de paix y alternent avec d'aériennes danses, le tout empreint d'une fraîcheur et d'une sobriété rares par les temps qui courent.


Biographie

Ray Lema naît en pays Kongo, dans l'ouest de l'actuelle République Démocratique du Congo. À 11 ans il rentre au petit séminaire des pères blancs. Il veut devenir prêtre. Le destin en décidera autrement. À leur arrivée, les enfants doivent passer des tests d'aptitude, on remarque vite les dispositions naturelles du jeune Lema pour la musique et un père belge décide de l'initier à l'orgue, puis au piano. Ses études de séminariste s'accompagnent dès lors des chants grégoriens, de Mozart et de Chopin. Il sert la messe pendant quelques années sur un orgue à soufflet « où il fallait pédaler dur ».

Il a 14 ans quand le Congo Belge prend son indépendance et redevient juste le « Congo » de Patrice Lumumba, puis le « Zaïre » de Mobutu. Il quitte le séminaire et intègre plus tard l'Université de Kinshasa où il poursuit des études de chimie.

Les pianos étant introuvables au Zaïre, Il apprend à jouer de la guitare et découvre les Beatles, Hendrix, Django Reinhard et les Jazzmen américains. Il quitte l'Université sur un coup de tête pour entrer comme guitariste dans le groupe d'une vedette kinoise, Gérard Kazembe. Il découvre alors les nuits de Kinshasa et croise les grands de la musique congolaise qui font à l'époque danser toute l'Afrique (Tabu Ley Rochereau, Kabassele ...).

En 1974, Ray Lema est nommé Directeur Musical du Ballet National du Zaïre avec pour mission de recruter et diriger l'ensemble des musiciens traditionnels qui doit accompagner les danseurs du Ballet National, représentatifs de toute la diversité et la richesse du pays . Cette expérience changera sa vie et sa vision de la musique pour toujours. Il sillonne le pays dans toutes les directions, de la forêt Équatoriale au Kivu, du Bas Congo au Katanga en passant par les régions du Kasaï, à la recherche des maîtres musiciens du Congo. Il découvre la science et la magie des roues rythmiques traditionnelles et devient lui-même Maître Tambour.

Après un profond désaccord avec la Présidence de Mobutu, il répond à l'invitation de la Fondation Rockfeller en 1979 et part aux USA. Il ne retournera au Zaïre, devenu entre temps la République Démocratique du Congo, que 30 ans plus tard.

Le départ pour les États Unis marque également le début d'une brillante carrière internationale. Il s'établit finalement en France en 1982, où il réside depuis lors.

Curieux de toutes les musiques, précurseur et touche à tout, Ray Lema se fait connaître dans le milieu de la World Musique des années 80 qui découvre alors les Musiques Africaines. Il réalise diverses collaborations qui enrichiront ses compositions et son univers musical : de Stewart Copeland (ex-batteur de Police) aux Voix Bulgares, en passant par les Tyour Gnaoua d'Essaouira et l'Orchestre de Chambre de Sundsvall en Suède, ou encore au Brésil avec le chanteur et compositeur Chico César et plus récemment en soliste invité de l'Orchestre Jazz Sinfônica de São Paulo.

Cette quête inlassable de l'Autre donne à Ray Lema un profil tout à fait inclassable. Il a publié une vingtaine d'albums, tous différents les uns des autres, marqués cependant d'un langage musical très personnel, témoins des rencontres de cet étonnant musicien-voyageur et éternel étudiant ainsi qu'il aime à se définir.

Il compose régulièrement pour le théâtre et le cinéma et a reçut plusieurs prix et distinctions pour l'ensemble de sa carrière (dont un Django d'Or).

L'enseignement musical en Afrique reste une de ses priorités et il organise fréquemment des ateliers avec de jeunes musiciens et produit de nombreux artistes de son continent.

Ray Lema se produit en concert en piano solo, en trio ou en quintet dans une direction afro-jazz (formation de son dernier album, le « VSNP-Very Special New production – sorti en janv.2013, avec Etienne Mbappe, Nicolas Viccaro , Irving Acao et Sylvain Gontard), ou encore en big band avec son Saka Saka Orchestra, où le groove côtoie les afro-beat flamboyants, le blues et le rock façon Kongo ainsi que de tendres ballades.

Toujours ouvert à de nouvelles rencontres on le retrouvera à l'été 2013 au Festival du Bout du Monde en compagnie de l'orchestre symphonique de l'université de Brest, avec son Quintet et un big band de cuivres pour le Festival d'Ile de France à l'automne, dans un nouveau trio vocal avec Fredy Massamba et Ballou Canta (accompagnés à la guitare par le guitariste brésilien Rodrigo Viana) à la fin de l'année 2013 et en création pour 2014 avec le quatuor à cordes « Déséquilibres » de Marseille, dirigé par la violoniste Agnès Pyka.

 

Audio

Projets

Ray Lema piano solo

duo Laurent de Wilde - Ray Lema

Ray Lema quintet - album "Headbug"
Ray Lema/piano, Gilles Coquard/bass, Irving Acao/sax, Sylvain Gontard/trompette, Nicolas Viccaro/batterie

Ray Lema "Nzimbu project"
Ray Lema (vocal, piano, guitare), Ballou Canta (vocal), Fredy Massamba (vocal), Rodrigo Viana (guitare acoustique)

Ray Lema & Ensemble Des Equilibres
Ray Lema - piano / Agnes Pyka & Anne Céline Paloyan - violons / Blandine Leydier - alto / Sébastien Hurtaud - violoncelle

Ray Lema & orchestre symphonique

CréditsAgence Oui