Accueil Artistes Kamilya Jubran - Sarah Murcia - Werner Hasler
Kamilya Jubran - Sarah Murcia - Werner Hasler

Kamilya Jubran - Sarah Murcia - Werner Hasler

Kamilya Jubran - Sarah Murcia - Werner Hasler

Kamilya Jubran, dont le nom fait s'éclairer les visages du Caire à Ramallah, bouscule depuis vingt ans langues et musiques arabes. Elle est une figure rare de la musique arabe. En s'accompagnant au chant en jouant du oud, elle suscite une émotion exceptionnelle.

Werner Hasler et Sarah Murcia, compagnons de route de longue date, créent avec elle un son collectif novateur, qui puise sa matière sonore dans l'univers de la contrebasse et de la trompette des musiques improvisées européennes, le traitement électronique des sons, et bien sûr les allusions aux maqams, ces échelles de sons de l'univers arabo-ottoman-persan.

Au moyen de textes inédits de Hassan Najmi (Maroc) et Salman Masalha (Palestine) Kamilya Jubran crée avec Wasl un alliage unique résultant des métamorphoses des langages musicaux et vocaux de départ, chacun ayant accepté de faire un bout de chemin vers la culture de l'autre. Sa voix célèbre les temps d'aujourd'hui, les printemps de demain, les tourments de toujours, les espoirs infinis.


Biographie

Wasl est un mot en arabe qui signifie (selon Larousse) : accouplement, assemblage, embrayage, combinaison, connexion, contact, jonction, joint, interconnexion, jointure, liaison, rapprochement, raccordement.

De mon point de vue, j'y entends : les retrouvailles. C'est boucler la boucle - à la fois artistique et historique.

Une histoire de 3 musiciens qui se connaissent depuis au moins dix ans, voir plus; qui se retrouveront avec 2 poètes - l'un qui vient de Mashreq et l'autre du Maghreb. Cet ensemble va réaliser un projet qui rassemble des éléments musicaux et des paroles.

J'ai rencontré Sarah Murcia (contrebassiste de Paris) en 1998 et elle a joué et enregistré le dernier album de mon group palestinien "Sabreen" à l'époque.

Dans ma première création "Mahattat" en 2002, j'ai invité Sarah Murcia et Werner Hasler- trompettiste et musicien électronique que j'ai rencontré pendant ma résidence à Berne- en Suisse.

Depuis, les deux artistes sont devenus mes partenaires avec lesquels je partage, j'apprends et je crée ma musique. L'échange avec eux approfondit ma recherche d'une chanson qui peut me convaincre. Entre-temps les deux musiciens ont eu l'occasion de faire des projets ensemble.

Auparavant, j'ai utilisé des textes et des poèmes de Hassan Najmi - poète et écrivain de Rabat, et de Salman Masalha - poète et écrivain de Jérusalem, dans mes projets "Makan" - 2009 et "Wanabni" - 2010.

Ces deux poètes représentent pour moi les deux parties du monde arabe : le Proche-Orient et le Maghreb - la partie nord de l'Afrique - un monde réuni par une même langue officielle classique, cependant divisé par une géographie tellement complexe et par des événements et des évolutions socio-politiques historiquement différents.

Officiellement dans le monde arabe il y a une langue arabe classique ou bien littéraire unique, qui est la langue de l'écriture, et des nombreux dialectes différents qui sont les langues parlées.

À l'époque d'Al Andalus - l'Andalousie, un style d'écriture de la poésie dite Mouashahat a été développé dans lequel la langue arabe classique se chevauchait avec la langue parlée.

Wasl sera au croisement de toutes ces lignes horizontales et verticales et m'emmènera sur la trace d'une chanson inédite en langue arabe. (Kamilya Jubran)

Kamilya Jubran est née en 1963 à Aakka, de parents Palestiniens qui habitent aujourd'hui l'Al-Rameh, un village Palestinien en Galilée au nord de l'état d'Israël. Elias Jubran, le père de Kamilya, est un fabricant d'instruments traditionnels et enseigne la musique ; il a été sa première source d'éducation musicale. Dès l'âge de quatre ans, Kamilya commence l'apprentissage et l'interprétation du répertoire arabe classique notamment égyptien.

En 1982, elle rejoint Sabreen, le groupe musical Palestinien à Jérusalem. Dans le même temps elle fait ses études à l'Université hébraïque de Jérusalem dans le domaine de travail social. Elle délaisse très vite ce métier pour se consacrer uniquement à la musique et à Sabreen.

Pendant vingt ans, Kamilya Jubran est la chanteuse "leader" de Sabreen et joueuse de qanoon. Elle est également une des associés dans la production des quatre albums de Sabreen. Sous son impulsion, le groupe tourne dans de nombreuses villes palestiniennes et dans le monde. Plus qu'un groupe, Sabreen est aussi un formidable acteur dans le développement artistique de la culture arabe, contribuant à un grand nombre d'enregistrements de jeunes artistes. Toute cette période passée avec Sabreen a représenté pour Kamilya Jubran une profonde et dynamique évolution qui a abouti à un nouveau style de la chanson arabe moderne. En 2002, elle obtient une bourse en Suisse et se dirige vers un registre musical différent : elle se met à développer sa propre façon de jouer le oud et à composer son répertoire. Depuis, elle continue à explorer de nouveaux horizons pour la chanson chantée en arabe, à la fois seule, à la fois en collaboration avec des artistes qu'elle rencontre sur son chemin, notamment Sarah Murcia, et Werner Hasler. Elle vit à Paris depuis 2003.

Audio

Video

Wasl
Dim lights
Dim lights

duo Kamilya Jubran - Werner Hasler
Dim lights

duo Kamilya Jubran - Sarah Murcia 

Projets

Nahoul' / Habka
avec Kamilya Jubran - oud et voix, Sarah Murcia - contrebasse, Régis Huby (violon), Guillaume Roy (alto), Atsushi Sakaï (violoncelle)

Wasl
avec Kamilya Jubran - oud et voix, Sarah Murcia - contrebasse, Werner Hasler - trompette, electronics

CréditsAgence Oui