Accueil Saison 2019/20 Sylvain Rifflet Troubadours
Sylvain Rifflet Troubadours

Sylvain Rifflet Troubadours

Sylvain Rifflet Troubadours

Line-up : Sylvain Rifflet : Saxophones, Clarinettes,et Shruti-Box - Verneri Pohjola : Trompette - Benjamin Flament : Percussions - Sandrine Marchetti : Harmonium
Divers : nouvel album Troubadours le 20 sept 2020

choc jazz magazine  logo citizen  

En septembre 2015, nous mettions en lumière Mechanics de Sylvain Rifflet, un opus audacieux pour lequel il décrochait la Victoire du Jazz en 2016, dans la catégorie "Meilleur Album". Puis il y eut son coup de chapeau au légendaire Stan Getz avec Re Focus, en référence au disque historique Focus. Avec Troubadours, le saxophoniste, flûtiste et compositeur nous embarque dans sa nouvelle sensation ondulante et hypnotique, une ode imaginaire à la musique des anciens poètes de l'amour. Un entrelac de musique modale, de musique médiévale profane et de musique répétitive. Fip

On apprécie le son quasiment fusionnel des deux vents. Les graves de Pohjola sont d'une rondeur érotique. Les déliés de Rifflet au sax ou le tranchant de la clarinette donnent deux directions différentes à la musique, selon les morceaux. Mais toujours les deux vents se suivent, se répondent, s'entrelacent. Sans parole, cette musique de troubadour d'ici raconte néanmoins une belle histoire. Citizen jazz

Une oeuvre d'une grâce et d'une beauté intemporelles à couper le souffle. Jazz Magazine

Dans le contraste avec le bourdon de la shruti box et de l'harmonium, la beauté du son de Riffle! se pare de nouvelles teintes. Télérama


Biographie

"À l'aube du XIIe siècle, en Limousin et dans les autres régions de l'actuelle Occitanie, naît une littérature moderne qui va influencer l'Europe entière. Les troubadours chantent l'amour, joie et jeunesse, dans une savante alchimie des mots et des sons. Grands seigneurs ou simples roturiers, ces poètes-musiciens, vont animer plus de deux cents ans de vie intellectuelle avec savoir et connaissance." (Gérard Zuchetto)

Et bien voici un projet bien excitant... Décidément Sylvain Rifflet prend un malin plaisir à "détricoter" tout ce qu'il entreprend dans ses albums précédents pour mieux nous régaler de ses curiosités les plus emballantes. Cherchant en permanence le contrepied et partant constamment dans des directions littéralement opposées, Rifflet nous offre ici un de ses rêves : celui d'intégrer un jour des influences de musique médiévale (essentiellement profane) et la musique répétitive à un projet de musique modale. Voici donc "Troubadours" pour un déluge de poésie musicale d'amour-courtois et illuminé par trois ménestrels de haute volée.

L'idée n'était pas d'être dans l'exactitude historique mais plutôt dans une ambition imagée de ce que pourrait être aujourd'hui une musique poétique portée par une instrumentation simplissime : deux instruments à vent, un bourdon et quelques percussions. Sylvain Rifflet s'est inspiré des enregistrements de pièces de musique médiévale profane (souvent d'auteur inconnu) d'ensembles comme Alla Francesca, dirigé par Brigitte Lesne, ou Capella de Ministrers, pour s'approcher au plus près de l'idée qu'il se faisait de la musique des troubadours.

La musique médiévale monodique n'était accompagnée à ses débuts que par des percussions ou par un bourdon. Les phénomènes de tensions/détentes étant vraiment les sources de la musique modale. Cela se traduit par un jeu sur un mode (une série de notes), et la combinaison à partir de là de ces phénomènes avec la note jouée par le bourdon. Tel est le principe de base de la musique indienne, de manière très schématique. "Je n'ai jamais fait de disque "modal" et j'avais envie de tenter cette aventure tout en m'assurant de rester aussi éloigné que possible des clichés du saxophoniste qui se lance dans la musique modale. Dans ce cas la référence à Coltrane est assez complexe à éluder. En me tournant vers un son hybride : musique modale et bourdons indiens, j'avais des possibilités musicales plus larges et plus intéressantes pour ce projet."

Pour réaliser ce bourdon, plutôt que d'utiliser des instruments d'époque, harmonium et shruti-box trouvent leur place. En 2017, suite à une tournée en Inde avec Mechanics, Rifflet retrouve avec amour les sons de la musique indienne qu'il avait abordé (abordé, tant ils s'avèrent complexes et savants avec leurs propres codes) au Conservatoire de Paris avec Patrick Moutal. Il joue avec des musiciens indiens à Mumbai et s'achète une petite shruti-box dans une boutique de New Delhi. "Depuis j'en jouais régulièrement, en faisant des improvisations et je me suis dis qu'il serait idéal de mélanger ces sons avec ceux de mes instruments, de la trompette de Verneri et des percussions de Benjamin. Lorsque j'ai trouvé ce système qui me permet de les actionner au pied tout en jouant du saxophone, il devenait évident que je possédais là des objets sonores et poétiques fantastiques pour ce programme autour de ces premiers poètes de l'amour."

Audio

Video

Premier single extrait de l'album "Troubadours de Sylvain Rifflet

Galerie

Sylvain Rifflet Troubadours
CréditsAgence Oui